Présentation et Démarche artistique


             Je m’intéresse à la pérennité de l’humain, à l’évanescence de son existence et à la manière dont il appréhende et conçoit sa propre fatalité. En partant de réflexions sur le momentané et le périssable, mon approche artistique se déploie autour de l’image du corps, que j’aborde et que je dépeins comme une entité éphémère, inachevée et en perpétuelle transformation. En choisissant la sculpture suspendue comme médium de prédilection, je créé des silhouettes fragmentées et aériennes dans l’espace. La désintégration, la déconstruction et l'éclatement sont les principales lignes directrices de mon travail, évoquant la précarité de l’existence humaine. 

 

Un corps humain fragmenté: voilà ce qui représente un symbole puissant dans mon imaginaire, et surtout fondamental dans mon langage artistique. C’est pour moi une manière allégorique et personnelle d’évoquer l’existence humaine dans sa précarité et dans sa fugacité. Chaque vie est conditionnée par sa propre évanescence; chaque être est, tôt ou tard, soumis à sa fatalité. Comme des souvenirs et comme des pensées, je perçois la vie comme une entité qui disparait, qui se fane après un certain temps. Mes réflexions sur la mortalité m’amène ainsi à décomposer l’image du corps humain, de la même manière qu’un arbre perd ses feuilles à l’automne ou bien qu’une fleur perd ses pétales en fin de vie. À défaut d’être mélancolique, cette façon d’aborder la vie par son caractère éphémère se veut plutôt apaisante, voire humble, car elle permet de se remémorer la valeur de chaque être et de chaque moment dans une réalité aussi précaire. 

 

Je créé des œuvres suspendues qui semblent aussi temporaires par leur aspect fragile qu’intemporelles par leur immobilité dans l’espace. De là découle un paradoxe dans mon processus de création : j’aborde le corps humain comme quelque chose d'éphémère, soit par la vulnérabilité du matériau utilisé et par la composition volatile des sculptures, tandis que le système d’installation, par sa théâtralité et son dynamisme, me permet de sacraliser mes sculptures en leur conférant un aspect sublime et immuable. 

 

L’inachevé est d'ailleurs un concept inhérent dans ma démarche de création. Chacune de mes sculptures présentent des parties de corps humains qui, formés à partir de nombreux morceaux de plâtre dans l’espace, laisse l’imagination reconstruire ou bien déconstruire la scène du corps fragmenté. Des morceaux de torses, de mains ou bien de jambes se désintègrent dans l’espace, permettant ainsi à un jeu de s’installer entre le concret et l’abstrait, le complet et l’incomplet.

 

Les fils qui suspendent les morceaux de plâtre font partie de l’esthétique globale des œuvres, créant une illusion optique et un dynamisme par leur répétition dans l’espace. À défaut de les dissimuler, je les marie avec le matériau pour ajouter une complémentarité entre la ligne et la masse. Le blanc, utilisé tant pour les particules de plâtre que pour les fils qui les suspendent, est important dans mon travail: il préserve la qualité lumineuse et limpide du plâtre tout en renforçant cette notion de spiritualité que je cherche à transcender à travers mes sculptures.

 

BIOgraphie


              Jérôme Trudelle est un artiste travaillant et vivant au Québec. En 2017, il est diplômé de l'Université Laval en complétant un baccalauréat en arts visuels et médiatiques profil entrepreneurial. En mars 2018, il a participé à la résidence d’art « Casa Na Ilha », dans le comté de Sao Paulo, au Brésil, afin de peaufiner sa technique de création sculpturale. Il est le plus jeune artiste et le premier artiste de la relève à avoir exposé à la Salle Jean-Paul Lemieux de la bibliothèque Étienne-Parent, à Beauport, où il a présenté sa première exposition individuelle intitulée Aux fils du temps du 22 avril au 27 mai 2018. Il est représenté par la Galerie Ni Vu Ni Cornu à Sainte-Anne de Beaupré depuis 2017 et fait partie du conseil d’administration du Regroupement des Intervenants Culturels de la Côte-de-Beaupré (RICCB) depuis 2018. Impliqué tant au niveau communautaire que culturel, il est le lauréat de sept bourses d’excellence Desjardins, de deux bourses Hydro-Québec et d’une Médaille du Lieutenant-gouverneur. En automne 2018, il a entamé une maitrise en arts visuels avec mémoire à l’Université Laval, à Québec.